Accusations d’infractions sexuelles : que pouvons-nous apprendre du bouche-à-oreille électronique ?

Résumé de la publication: Chakroun R., Berge O. et Luu P. (2014), Accusations d’infractions sexuelles: Que pouvons-nous apprendre du bouche-à-oreille électronique sur la confiance des patientes d’un leader d’opinion ?, Journal International de Victimologie, 12, 2, 94-113.


La mise en examen d’un leader d’opinion médical pour infraction sexuelle a généré de nombreuses contributions d’internautes sur les forums. Notre objectif était double : décrire le rationnel et la finalité des échanges, rechercher dans les témoignages les liens existant entre l’expérience antérieure d’interaction des patientes avec le praticien et la confiance qui lui est conférée ainsi que la prise de position en sa faveur ou en sa défaveur. Nous avons réalisé une analyse thématique de contenu de 191 contributions selon les préconisations de Huberman et Miles (1991). Les internautes se présentant comme victimes expriment une valence négative envers la bienveillance et l’intégrité du praticien mais une valence positive envers sa compétence perçue qui n’est pas affectée. Pour les autres internautes, une expérience antérieure de servuction médicale positive v.s. négative est significativement corrélée à la valence positive v.s. négative des trois dimensions de la confiance et favorise la prise de position des internautes en faveur de la défense v.s. l’incrimination du praticien. Nous discutons les conditions de transférabilité des résultats de ce cas idiosyncrasique au regard des travaux sur la confiance envers les praticiens et formulons des recommandations de prévention des violations des frontières éthiques.

Publicités

Déterminants des inaptitudes pour souffrance morale au travail

Résumé de la publication:  Chakroun R. et Barre E. (2013), Inaptitudes pour souffrance morale au travail : fréquence et accessibilité à la prévention des facteurs de risques psychosociaux, Références en Santé au Travail, 135, 53-59.

_______________________________________________________________________________

Une étude rétrospective exploratoire, réalisée à partir des dossiers médicaux de 34 sujets atteints d’une inaptitude pour souffrance morale au travail, a permis de décrire la fréquence des facteurs de risques psychosociaux, d’estimer leur implication dans l’inaptitude ainsi que leur accessibilité à la prévention. Les relations sociales, l’organisation du travail et le contenu des tâches sont les 3 premières catégories de facteurs de risques impliquées dans ces inaptitudes. Les scores d’accessibilité à la prévention sont à la fois faibles et peu dispersés autour de la moyenne générale. Ces résultats incitent à pratiquer, en amont de l’inaptitude, un repérage précoce des déterminants psychosociaux élargi aux multiexpositions à d’autres risques. En aval de l’inaptitude, une démarche de prévention primaire devrait être ouverte au profit des salariés encore en poste dans l’entreprise.

Prévention du harcèlement sexuel: formation des futurs managers

Résumé de la publication: Chakroun R. (2012), Formation en Santé au travail des futurs managers : Identification du harcèlement sexuel et évaluation de la formation, Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 73, 5, 733-742.


Objectif. Les violences faites aux femmes au travail portent atteinte à la dignité, à la santé des personnes et détériorent la productivité des entreprises. La prise de conscience qu’une approche intégrée de la santé permettrait d’améliorer la création de valeur des entreprises a ouvert de nouvelles perspectives de formation aux managers. Dans ce contexte l’objectif de notre recherche-action est d’une part d’évaluer l’aptitude des futurs managers à identifier le harcèlement sexuel (H.S) et d’autre part de vérifier la capacité de la formation à en améliorer l’identification et à modifier les attitudes.

Méthode. Quatre scenarii, figurant différentes formes de H.S, identiques à ceux utilisés par Bursik (1990, 2000), ont été proposés à un groupe d’étudiants en fin de cursus, futurs managers. Les étudiants devaient individuellement indiquer si chaque scenario relevait ou non d’un H.S. Cette étape se poursuivait par une formation comprenant des apports théoriques et une discussion de 50 minutes sur les implications du H.S. Les 4 scenarii ont alors été à nouveau individuellement évalués. Afin d’évaluer les attitudes, nous avons encadré les 2 temps d’identification des scenarii par une proposition de collaboration à une étude qualitative sur le H.S. Avant et après les identifications, les étudiants devaient individuellement indiquer s’ils se percevaient légitime ou non pour participer à ce travail et fournir les motivations de leur attitude en quelques lignes.

Lire la suite

Harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur : Identification et légitimité des étudiants à intervenir

Résumé de la publication : Chakroun R., Soudre-Lécué N et Scotto M.J (2014), Identification du harcèlement sexuel et légitimité des futurs managers à intervenir: Effets du genre et des informations délivrées, Psychologie du Travail et des Organisations, 20, 2, 145-174.


Le harcèlement sexuel (H.S.) est un délit ayant d’importantes répercussions sur les victimes. En nous adossant sur les travaux relatifs à la prosocialité et au contrôle social, nous avons conduit une expérimentation auprès de 136 étudiants futurs managers explorant l’effet de l’information délivrée et du genre des sujets observateurs sur l’identification de scenarios de H.S et sur la légitimité perçue des sujets à intervenir.

Les résultats montrent que l’information spécifique réduit le nombre de scenarios non reconnus en tant que H.S par l’ensemble des sujets. Le genre n’influence ni la reconnaissance des scenarios, ni la légitimité perçue des sujets à intervenir auprès des victimes. Toutefois, sur la base d’émotions à type de colère, les hommes font état de motivations à type de contrôle social et se perçoivent plus légitimes que les femmes à intervenir auprès des harceleurs. Les résultats sont discutés en vue de formuler des préconisations de prévention.

Mots clés : différence de genre, harcèlement sexuel, contrôle social, prosocialité, futurs managers

Harcèlement sexuel au travail : Identification et légitimité des salariés à intervenir

Résumé de la publication: Chakroun R. et Soudre-Lécué N. (2014), Identification du harcèlement sexuel et légitimité des salariés à intervenir : Effets de la relation hiérarchique et des informations délivrées, Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 75, 4, 382-395.


Objectifs : Le harcèlement sexuel (H.S) est un délit ayant d’importantes répercussions sur les victimes. Des préconisations préventives incombent aux professionnels de la santé au travail. L’identification du H.S est un pré-requis de toute politique de prévention. L’objectif de notre contribution est d’éclairer par une approche transdisciplinaire les mécanismes à l’œuvre et d’évaluer l’effet de l’information délivrée sur l’identification du H.S et sur la légitimité des sujets à intervenir auprès des victimes et des harceleurs.

Méthodologie : Nous avons conduit une étude comparative randomisée contrôlée auprès de 304 salariés du secteur privé explorant l’effet de l’information délivrée (spécifique vs. contrôle), du genre des sujets observateurs (féminin vs. masculin) et de la relation entre les protagonistes d’un H.S (hiérarchique vs. non hiérarchique) sur l’identification de 4 scenarii de H.S et sur la légitimité perçue des sujets à intervenir auprès des protagonistes.

Résultats : Par rapport à l’information contrôle, l’information spécifique réduit significativement le nombre de scenarii non reconnus en tant que H.S (OR=0,59 ; IC95= [0,48-0,72]). Les femmes se perçoivent plus légitimes que les hommes à intervenir auprès de la victime (92% vs. 84%  ; p<0,05). Les hommes se perçoivent plus légitimes que les femmes à intervenir auprès du harceleur (86% vs. 72% ; p<0,01). Par rapport à des relations non hiérarchiques, les relations hiérarchiques entre une victime et un harceleur potentiel augmentent de plus de 3 fois le déficit de légitimité des sujets à intervenir auprès de la victime (OR=3,43 ; IC95=[1,57-7,51]).

Discussion : Les résultats sont cohérents avec les  corpus théoriques relatifs à la prosocialité et au contrôle social. Le rapprochement des résultats d’identification et de plausibilité des scenarii dans le contexte professionnel permet de proposer un profil de scenario pédagogique. Le rendement de l’identification du H.S grâce à l’information délivrée reste faible. En conséquence, des préconisations sont formulées pour améliorer les conseils de prévention.

Mots clés : différence de genre, harcèlement sexuel, contrôle social, prosocialité, risques psychosociaux, management de la santé et sécurité au travail.