L’âge subjectif en santé au travail: un concept utile ?

-Communication au 35ème Congrès National de Médecine et Santé au Travail-Chakroun R., Presseq P. L’âge subjectif en santé au travail : approche exploratoire d’une variable utile ?, Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement 2018;79(3):325

Objectif.  L’âge chronologique, qui mesure la durée de vie depuis la naissance, diffère de l’âge subjectif qui est l’âge que le sujet perçoit avoir sur la base de ses expériences de vie et de sa représentation sociale du monde. La littérature indique qu’un âge subjectif inférieur à l’âge chronologique est un facteur prédictif de bonne santé, subjective et objective, ainsi que d’habilités psychosociales. L’objectif de notre étude exploratoire est de le situer dans le contexte professionnel et d’évaluer le rôle qu’il peut jouer dans un modèle reliant conditions de travail et santé.

Méthode. Étude quantitative transversale, réalisée sur un échantillon de 100 salariés, 56 femmes et 44 hommes, recrutés dans le cadre du suivi périodique en santé au travail. L’investigation par auto-questionnaire a permis d’évaluer par des échelles visuelles analogiques les santés physique et psychique perçues ainsi que des variables de contraintes au travail (lourdeurs physique et psychique du poste, stress au travail, difficulté de concilier travail et vie privée). La satisfaction vis-à-vis de la vie professionnelle a été mesurée par l’échelle de Fouquereau et Rioux (2002). L’âge subjectif a été mesuré par une adaptation de l’échelle de Guiot (2001) permettant de distinguer un âge subjectif au travail d’un âge subjectif hors contexte de travail.

Résultats.  Les salariés, de 40,72 +/- 9,77 ans d’âge chronologique moyen, se perçoivent significativement plus jeunes de 7,27 ans hors travail, de 4,54 ans au travail et d’autant plus jeunes que leur satisfaction vis-à-vis de la vie professionnelle est élevée. L’âge chronologique n’est corrélé ni à des variables de conditions de travail ni de santé. A contrario, les âges subjectifs entretiennent des corrélations avec la lourdeur psychique du poste et avec le stress au travail, intervenant comme elles en tant que déterminants des santés physique et psychique perçues. La recherche de modèles explicatifs parcimonieux retient un modèle linéaire multivarié, dans lequel la santé physique perçue est corrélée à la difficulté de conciliation travail-vie privée et à l’âge subjectif. Il en est de même pour la santé psychique perçue. Les âges subjectifs perçus jouent un rôle de modérateur de la relation entre difficulté de conciliation travail-vie privée et santé physique et psychique perçues.

Conclusion.  En tenant compte des limites liées à la validité nomologique des concepts mobilisés et à la validité externe de l’étude exploratoire, nous émettons l’hypothèse que l’âge subjectif, en tant que variable liée à la fois aux conditions de travail et aux états de santé, puisse être une variable utile en santé au travail.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s